Le Pape François a parlé de la planète en termes de « maison commune », une maison dont nous, humanité, avons la charge. Dans cette voie, la Maison Josefa se dévoile comme un passeur qui encourage nos sociétés à traverser de la terre de la peur à celle de la confiance ou de la « foi » (la « foi anthropologique »), c’est-à-dire, à faire le pari qu’accueillir l’autre contient la promesse d’un grand bien, et que cette promesse sera accomplie au-delà des dangers et des souffrances de la route, au rythme et en vue de notre Maison Commune…

Page 3 sur 3