19

Sep

L’exilé n’est pas un « déserteur »

Les réalités quotidiennes qui conduisent certains d’entre nous à signifier leur révolte, voire à prendre distance, à partir en « vacances », à « déserter » une société de plus en plus insignifiantes, ne sont rien (ou si peu) face à l’unique possibilité de la fuite, de l’exil, pour certains autres d’entre nous

Se « libérer » de charges professionnelles, parfois familiales ou communautaires, résonnent faiblement (sans minimiser le défi pour certains) face au poids, sans échappatoire, de la migration forcée, de l’exil. Il n’y est pas question de choix, de discernement, mais de vie ou de mort. Il ne s’agit pas de « désertion », mais d’exil, pas de l’exercice d’un libre arbitre, mais de libération.

En fait, exilé et « déserteur » ont à se parler, à se dire leur désespoir ou leur espoir, à s’enrichir mutuellement, à faire route ensemble, afin d’extraire de leur migration (exil ou « désertion ») un sens nouveau, un vivre renouvelé, et d’être ensemble… leur migration, nos migrations : migrant, toi comme moi.

Pierre

Vous êtes ici : Accueil Actualités Témoignages L’exilé n’est pas un « déserteur »

Je suis l'actualité de Josefa

Je m'inscris à la newsletter

Newsletter FR

Veuillez renseigner une adresse e-mail valide