Albert Camus nous rappelle, qu’à de rares saintes exceptions près, en chacun de nous réside un peu de Meursault, "L’étranger". Certes, nous pouvons, assurément, décliner notre identité, nous dire par un CV, un profil LinkedIn, une page virtuelle, un blog, voire par une expression, fruit d’une longue psychothérapie ou d’une autre voie résiliente, mais saurions-nous véritablement raconter notre part d’étrangeté, notre part de différence, notre part d’unicité, réfugiées au coeur de nous-même ?

Nos politiques, experts en vie publique, s’interrogent sur le profil qu’un migrant, demandeur d’asile, réfugié, doit présenter en termes de potentialité d’intégration, éthique et durable.

Il est traditionnellement admis qu’outre le retour dans son pays d’origine et l’intégration dans le pays hôte, la réinstallation est une des trois solutions durables « offertes » aux plus de 10 millions de personnes recensées comme réfugiées dans le monde. En quoi consiste donc cette solution présentée comme une des trois possibilités proposées aux personnes en situation d’exil forcé, et en est-elle vraiment une ?

Vous êtes ici : Accueil Actualités Migration en Europe

Je suis l'actualité de Josefa

Je m'inscris à la newsletter

Newsletter FR

Veuillez renseigner une adresse e-mail valide