Réconcilier économie et éthique, migration et humanité

Pour la Fondation Josefa, le défi majeur est d’encourager ses contributeurs à accompagner durablement la Maison Josefa, depuis sa mise en œuvre jusqu’à sa gestion quotidienne. 

Pour autant, les contributeurs ne sont pas seulement des mécènes ou des partenaires financiers : ils partagent un destin commun, celui de notre humanité migrante. Notre conviction est que faits et chiffres peuvent se conjuguer pour servir la réconciliation de l’économique et de l’éthique.

Dans ce sens, les documents présents sont portés à votre connaissance : statuts, charte, fiche vision, rapports d’activités, bilans comptables.


Charte

Fiche vision

Rapport d'activités 2012

Rapport d'activités 2013

Rapport d'activités 2014

Rapport d'activités 2015

Rapport d'activités 2016

Rapport d'activités 2017

Rapport d'activités 2018

Rapport d'activités 2019

Rapport d'activités 2020

Statuts

Bilan 2014

Bilan 2015

Bilan 2016

Bilan 2017

Bilan 2018

Bilan 2019

Bilan 2020

Notre cantus firmus : conversion du regard

Les initiateurs de la Fondation Josefa ont regroupé autour de leur audacieux projet une équipe pluridisciplinaire de bénévoles et de collaborateurs aux expériences et compétences variées. Ils ont également fait appel à un nombre significatif de professionnels qui apportent leur expertise et leurs conseils dans des domaines spécifiques : migration, asile, socio-économie, gestion de projets à dimension sociétale et circulaire, fiscalité, architecture, droit, communication et fundraising… Les voix et les instruments s’harmonisent à la mesure d’un cantus firmus, notre changement de regard.

Notre organisation : agir selon son charisme

Au sein de son Conseil d’administration, la Fondation Josefa accueille une experte en matière d’asile et de migration :

  • Annabelle Roig-Granjon : co-fondateur ; chargée de liaison avec les institutions européennes, au sein de l’UNHCR (Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés)..

Par ailleurs, aux côtés de Gilbert Granjon (chargé de gestion d’entreprises, acteur du secteur financier - marchés boursiers et gestion de capitaux -, puis gestionnaire de projets de développement humanitaire en Afrique : Madagascar, Afrique centrale et de l’ouest), co-fondateur de la Fondation Josefa, sont présents :

  • Eric Van Hoof : réviseur d’entreprise, associé du cabinet EY Belgium.
  • Anne-Marie Piron : prieure générale du Carmel Saint-Joseph.
  • Sigrid Marz : consultante - ressources humaines.

Sous l’autorité du Conseil d’administration, un comité technique a été mis en place avec quatre pôles : opérationnel/IT-communication ; ressources humaines ; finance et administration ; levée de fonds.

L’équipe-projet pluridisciplinaire porte la dynamique Josefa dans laquelle collaborateurs, salariés et bénévoles s’engagent à la mesure d’une charte déontologique qui ambitionne une communion de charismes ouvrant au-delà de ce que chacun serait seulement par lui-même.

Actuellement en formation universitaire au sein du Master MITRA Migrations Transnationales à Lille, Laureen Baud a fait le choix de franchir le seuil de la Maison Josefa et de s'engager auprès de la Fondation Josefa dans le cadre d'un stage académique. Désireuse d'élargir son regard sur le fait migratoire et de déconstruire une vision étriquée de ce dernier, Laureen entend contribuer au développement de la communication externe de la Fondation Josefa, à partir de la Maison Josefa où elle réside. 

Diplômé de l’université Laval (Québec) en traduction et en statistique, Luc Bouchard a vécu à Toronto, à Londres, à Dublin, à Vancouver et en France avant de travailler comme interprète à l’Assemblée législative de l’Ontario. Il est maintenant traducteur au siège de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), à Bruxelles.

Docteur en sciences biochimiques de l’Université de Gand, détenteur d’une maîtrise interdisciplinaire en études européennes, Karim Chemlal s’est spécialisé professionnellement dans la mise en relation du Monde Arabe avec l’Europe et dirige Brussels Networks Consulting (partage de compétences et de ressources).
Par ailleurs, Karim est fondateur et porte-parole de la Ligue des Musulmans de Belgique. Son engagement se base sur la nécessité de construire un vivre-ensemble ouvert, respectueux et enrichi par la diversité. Pour ce faire, Karim effectue un travail de conciliation et de promotion du dialogue au sein des Musulmans de Belgique, d’Europe et d’ailleurs. Il s’investit aussi dans le dialogue interreligieux et interconvictionnel.

Diplômée de l’Université Catholique de Louvain en Relations Internationales avec finalité Action Humanitaire, Laetitia Degomme A rejoint la Fondation Josefa comme bénévole, après un stage réalisé en 2015. Son attrait pour la multi culturalité, l’ouverture à l’autre et sa volonté d’un engagement sociétal l’ont encouragée à venir résider à la Maison Josefa. Elle y contribue à la gestion quotidienne, à l’organisation d’évènements et à l’animation du pôle spirituel. Laetitia participe également à la communication externe de la Fondation Josefa.

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliquées et Métiers d’Arts (section publicité), Valérie Depériers s’est engagée dans une vie religieuse au Carmel St Joseph. Illustratrice, désirant être davantage en proximité avec les personnes, elle se forme et travaille comme auxiliaire de vie. Puis souhaitant lier ses deux passions, les arts plastiques et la relation d’aide, Valérie se tourne vers l’animation d’atelier créatif avant de rejoindre la Fondation Josefa.

A l'Université Libanaise de Beyrouth, Waleed Elias a étudié le droit. Ensuite, il a travaillé 10 ans dans une compagnie internationale de production d’huile végétale comme manager. Depuis 2015, il vit en Belgique. Aujourd’hui, avec sa famille, Waleed réside à la Maison Josefa où il participe à la gestion quotidienne ; il propose aussi ses services pour accompagner des personnes réfugiées dans leurs démarches administratives.

Diplômée de l’Université de Maastricht en sciences culturelles, (2005), Elma Gaasbeek a travaillé comme collaboratrice pédagogique au Musée Juif de Berlin, à la Maison de la Conférence de Wannsee et, toujours à Berlin, au Mémorial des Juifs assassinés en Europe. Ensuite, elle a collaboré avec trois institutions culturelles allemandes comme chargée de projets et responsable de communication. Depuis 2012, à Bruxelles, avec Aktion Sühnezeichen Friedensdienste, Elma a poursuivi son engagement autour de la mémoire du national-socialisme et de ses crimes, avec une attention particulière sur l’exil. En 2014, elle a rejoint la Fondation Josefa pour prendre en charge la communication et les relations publiques.

Ayant eu l'opportunité de vivre et de travailler dans différents pays au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe, Rend Haffar a toujours été attentif aux situations humaines et sociales. Suite à ses études en économie et en journalisme, il a exercé des fonctions d'expert et de gestionnaire dans différents domaines tels que la coopération internationale, l'économie sociale, la responsabilité sociétale des entreprises, et les systèmes financiers internationaux. S'exprimant couramment dans quatre langues (français, anglais, néerlandais, arabe), et se sentant concerné par les situations vécues par les personnes réfugiées, il a souhaité poursuivre son engagement social en rejoignant l'équipe de la Fondation Josefa. En tant que photographe, Rend participe à la mise en œuvre d'ateliers et de projets artistiques au Moyen-Orient.

Fellow de la Louvain School of Management, Frederik Leloup est entrepreneur en développement humain, actif dans l’accompagnement de décideurs : coaching, intermédiation, innovation stratégique disruptive au travers de Spirit of Change et de Finnovaregio dédiée au financement européen de l’innovation. Il est également partnership and business development manager chez Beci, chambre de commerce et fédération patronale de Bruxelles. Pour Frederik, le regard que nous portons sur autrui relève de notre profonde liberté : libérateur lorsqu’il perçoit l’abondance, réducteur lorsqu’il reste entravé dans la finitude. Il peut en être de même quant au regard porté sur un événement ou une situation. Impliqué dans le dialogue interconvictionnel, il est actif auprès de la communauté musulmane de Bruxelles et compte parmi les fondateurs de face2faith.

Docteur en formation et gestion en entreprise, longtemps émigré dans plusieurs pays d’Afrique (Niger, République Centrafricaine et Tchad) dont une trentaine d’années au Cameroun, licencié en lettres modernes et docteur de troisième cycle en formation et gestion en entreprise, Jean-Louis Marolleau a exercé des activités de formation en entreprise et dans des projets de développement rural.

Diplômé en Bachelor of European Business Administration à la Fachhochschule Reutlingen et en Master of Science of European Studies à la London School of Economics, Sigrid Marz a travaillé dans le monde des affaires et du « not for profit » depuis 20 ans.  Elle a d’abord exercé  chez Ernst & Young Europe en conseil stratégique en interne et vers ses clients afin de déterminer leur stratégie pour un marché européen, nouveau à l’époque 1989-1994. Ensuite, elle a rejoint Russell Reynolds Associates, un des leaders mondiaux en conseil pour le recrutement des équipes de direction d’entreprise et du management assessment, où elle a été en charge du recrutement pour le secteur « technologie », « corporate officers » (lobbyistes et secrétaires généraux d’associations professionnelles en Europe) et du « not for profit » pour des postes basés en Belgique. De 2008-2013, elle a étudié la philosophie et la théologie à l’Institut des Etudes Théologiques de la Compagnie de Jésus à Bruxelles. Aujourd’hui, avec ses compétences en conseil de management et ressources humaines, Sigrid Marz assiste la Fondation Josefa.

Licenciée en droit de l'Université Libre de Bruxelles, Mouli Massamba-Ndwengi est également titulaire d'un diplôme d'études spécialisées en Management de l'ICHEC Brussels Management School. Elle a d’abord exercé auprès du principal gestionnaire de réseaux de distribution d’énergie où elle était affectée à l’identification et au traitement du risque de non-conformité des procédures. Elle a ensuite rejoint le patronat associatif en qualité de conseillère, en charge de l’information, de l’accompagnement et de la formation des membres affiliés dans les matières sectorielles ainsi qu’en droit du travail et en droit des asbl. Par ailleurs, elle est membre du conseil d'administration d'une association qui promeut le volontariat relationnel auprès des jeunes et intervient, en outre, dans la rédaction et la relecture de documents juridiques d’autres organisations. Persuadée que l’idéal proposé par la Fondation Josefa ne relève pas de l’utopie mais est porteur d’un réel impact sociétal, Mouli a rejoint notre équipe et nous apporte sa contribution en matière de demande, de suivi et de justification de subsides et constitue par ailleurs notre relais auprès des autorités subsidiantes.

Durant plusieurs années, en République Démocratique du Congo, Françoise Moukwa a travaillé dans le secteur tertiaire puis dans le développement communautaire, auprès des populations les plus démunies de la ville de Kinshasa. En Belgique, elle s’est ensuite investie comme assistante sociale au service du non-emploi et de l’insertion, en Région de Bruxelles. Elle a été conseillère à l’emploi et agent de développement local. Son expertise lui a également permis d’être sollicitée par deux Hautes Ecoles Sociales Bruxelloises comme lectrice de travail de fin d’études des assistants sociaux et comme membre de jury lors de la défense de mémoires. Actuellement, elle travaille comme médiatrice de dettes. Elle a ainsi participé à l’élaboration du Code de déontologie des médiateurs de dettes.

Ingénieur agronome, Nicolas Rivière œuvre depuis plus de 20 ans dans l'action humanitaire et le développement, en Asie et en Afrique. Après plus de 15 ans d'expérience de terrain comme responsable de projet, depuis 2005, il est consultant indépendant. Dans ce cadre, il offre  ses services d'appui, de conseil et d'évaluation aux acteurs internationaux et nationaux de coopération et d’aide au développement. A la sortie de ses études, Nicolas a découvert le monde à travers son engagement humanitaire. Ses multiples rencontres avec les cultures et les peuples du monde l’ont bouleversé en profondeur. En 2011, il poursuit sa propre migration en s’installant au Bénin, avec son épouse, camerounaise d’origine.

Formée à la technique chinoise Chi Nei Tzang, Annabelle Roig-Granjon anime l'espace de soins Alma au sein de la Maison Josefa. Annabelle propose une approche de nos migrations, entre autres, par l'écoute de nos mémoires corporelles.

Psychologue clinicienne de formation, Claire Russon-Friedel travaille depuis vingt ans au Ministère de l’Education nationale du Grand-Duché du Luxembourg : elle a d’abord accompagné des jeunes et leur famille ; aujourd’hui, ses contributions visent le développement des pratiques professionnelles et des politiques éducatives. Claire choisit d’inscrire son action, autant à Josefa que dans le secteur de l’éducation, sous le signe de la création de liens. Sachant que le système scolaire reflète et préfigure les défis sociétaux et dans l’idée qu’il peut y avoir une place pour chacun, à l’école comme dans nos communautés, Claire mise sur une culture qui invite au croisement des regards, à l’écoute réciproque et aux partenariats entre différents acteurs : citoyens et professionnels, praticiens, chercheurs, décideurs... Depuis 2015, Claire poursuit son exploration de « ce qui nous donne des racines et des ailes » à travers la réalisation de créations sonores.

Diplômée du Conservatoire Royal d’Anvers en danse contemporaine et diplômée en Art-Thérapie, Jessica Van Cauteren recherche à travers l’art la découverte d’autres univers. Sa pratique se fonde sur l’acceptation de l’entièreté de l’individu et se dirige ainsi vers l’exploration de différents états corporels et émotionnels à travers le mouvement afin de sortir des schémas préconstruits. Pour elle, l’art est une expérience continue de vie et d’humanité.  Une création nait d’une rencontre et d’un partage ; c’est une recherche constante d’équilibres communs créant un enrichissement mutuel.
Jessica a rejoint la Fondation Josefa suivant sa volonté de recréer du lien et d’ouvrir son regard. Elle fait partie des premiers résidents de la Maison Josefa et, aujourd’hui, elle réfléchit et élabore la mise en place du futur pôle de résidence culturelle. Elle y propose également divers ateliers corporels et participe à l’organisation d’évènements.

Depuis ses études de traducteur, Jan Van Pelt a construit son expertise dans la communication. Après une activité de traducteur néerlandophone, il s'est lancé dans le journalisme, pour des magazines néerlandophones spécialisés dans les secteurs de l'économie et de l'industrie. En 1997, il créa Andromeda, le premier programme d'information scientifique à la VRT. Il a publié plusieurs livres sur la politique scientifique et interviewé un nombre considérable de chercheurs dans les disciplines de la recherche scientifique fondamentale et appliquée. Les institutions scientifiques, les universités et les administrations flamandes ont fait appel à lui en tant que modérateur de conférences, de symposiums et de colloques. En 2000, il fut attaché de presse pour le Ministre fédéral de la Santé publique et des Affaires sociales. Jusqu'en 2015, il était responsable de la communication externe au sein du Service public fédéral de la Santé publique, de la Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l'Environnement. Il demeure actif comme journaliste scientifique et modérateur. Pour la Fondation Josefa, Jan est le point de contact pour toute communication en néerlandais.

Se présenter est toujours un exercice amusant et en même temps difficile. Quoi écrire pour me décrire ? C’est pour cela que j’ai délégué cette tâche à quelqu’un qui me connaît fort bien : l’AUTRE. Voici ce que l’AUTRE a écrit sur moi.
Helder Wasterlain navigue sur plusieurs domaines artistiques : écriture, théâtre, arts plastiques, photographie et production. L’Art est essentiel pour lui, autant comme créateur que spectateur, toutefois sans se considérer tout à fait comme un « créateur », mais plutôt comme un « faiseur ». Faire c’est son métier. Même si ne rien faire fait aussi partie de son métier de faire. Il a besoin d’un minimum de poésie et surréalisme journalier, au risque de rendre sa journée improductive. Il est discipliné, exigeant, minimaliste et maniaque pour la propreté. Il adore gérer et se penser involontairement responsable.
J’ai accepté le défi Josefa, tout simplement parce que je m’identifie dans la mission de la Fondation Josefa et que je veux prendre part à  cette aventure.

Forte de son itinéraire et de l’expertise de son équipe, en rupture avec les schémas classiques, la Fondation Josefa ose s’engager, questionner et proposer une voie renouvelée face aux défis du fait migratoire, selon sa vision sociétale : « Tous Migrant(s) », et selon son expérience au quotidien, au seuil et au sein de la Maison Josefa.

Vision : « Tous migrants » selon une approche voulue globale (physique, psycho-intellectuelle et spirituelle) pour chacune des personnes que nous sommes, pour chacun en son unicité, en privilégiant les dimensions culturelles et convictionnelles attachées à nos migrations.

Mission : Depuis mi 2015, la Maison Josefa est au service d’une conversion de regard sur nos migrations. En son sein, à Bruxelles, vivent une trentaine de co-résidents, migrants du monde, et des propositions multiples : sociales, culturelles et convictionnelles, ouvertes à tous.

Voici donc l’invitation de la Maison Josefa, visage de la Fondation, qui entrouvre ses portes, en s’affranchissant d’itinéraires migratoires prédéfinis, mais sans renier la mémoire de nos origines ou de nos traditions, aussi diverses fussent-elles.

Pour Josefa, le moment est venu de convertir notre regard sur nos migrations : il y va de notre responsabilité aujourd’hui et à l’égard des générations futures.    

Tous migrant(s).

Nos migrations sont fondement et clé de voute de notre humanité : hier, aujourd’hui et demain, nous avons été, nous sommes et nous serons, toujours, tous migrants.

Ainsi, l'être-humain est par nature un être-migrant.

Nos migrations sont à entendre selon une approche globale : physique, psycho-intellectuelle et spirituelle ; sans les réduire aux seules dimensions spatio-temporelles ou climatiques, ni les limiter à une intégration socio-économique. Dès lors, sans catégorisation discriminante : « les migrants ».

Chaque être humain est unique et, corrélativement, chaque migration est unique.

Nos migrations touchent tout être humain et tout l'être humain.

Être-migrant est constitutif de notre Humanité.

 Restreindre la migration humaine à une catégorie sociale de personnes dites "les migrant(e)s", c’est porter atteinte à la dignité et à la liberté de tout homme, de toute femme, de tout enfant, de tout être humain qui est, par nature, migrant.

 Nous sommes tous fondamentalement migrant(s).

 

Accueillir, héberger et accompagner des personnes rendues vulnérables par la migration

C’est sous un toit que la Fondation Josefa va déposer son action, le toit d’une belle maison conviviale où la personne réfugiée se retrouve chez soi, avec d’autres résidents, réfugiés et citoyens belges ou européens, le toit qui permet à chacun d’avoir une identité.
Sous ce toit, les uns partagent ensemble un espace de vie interpersonnelle, tandis que les autres retrouvent une intimité mise à mal par la migration.


Par-delà la maison, à travers un pôle de recherche, la Fondation Josefa entend participer à la réflexion et à l’innovation en matière de migration, de logement et d’insertion, afin de porter une parole significative auprès des pouvoirs publics, à la faveur, entre autres, de son expertise et de son autonomie financière.